France VS USA

Ah les stéréotypes !

J’ai été confrontée à certains d’entre eux lorsque mes élèves en cours de français ont décidé de dresser le portrait du français « type » : Barbe, béret, Pain, Pastis, Pétanque, Séducteur, et j’en passe.

Après 2 mois sur place, je peux mieux comprendre les différences France / USA et je me suis aperçue que les dimensions américaines ne sont pas notre seul point de différentiation.

  1. La Ville

Après deux ans à Aix où la voiture est une option et où il est possible d’aller d’un point à un autre à pied, il est impossible de faire la même chose ici. Les villes sont très éparpillées et la plupart du temps les zones commerciales sont de grands parkings avec de grandes enseignes. En allant « downtown » les boutiques sont réunies dans des mall. Le tout est bien différent de nos villes françaises (en prenant Spokane en exemple).

2. Les Filles / Garçons

Contrairement à la France, ici les garçons semblent plus matures que les filles. D’un point de vue physique la plupart d’entre eux sont (très) grands alors que les filles font pour  certaines plus jeunes. Sur le plan mental, les filles sont très  extraverties et girly.  Il est courant de les voir  crier et  courire dans tous les sens. J’ai parfois l’impression d’être accompagnatrice pour une colonie de vacances de collège mais je suppose que l’excitation d’être à l’université y joue aussi.

3. La Religion

Comme je l’ai déjà dit, Whitworth est un campus chrétien. Pour avoir fait une partie de ma scolarité dans des établissements privé, je connais le rapport « classique » religion / étudiant français qui est TRÈS différent de celui que je trouve ici.

La religion est très présente même au sein des cours. Par exemple en espagnol on me demande d’intégrer ma « foi » lors de mes réflexions sur des textes, et les professeurs de marketing doivent nous faire réfléchir sur « Peut-on être chrétien et faire du marketing ? Le marketing est-il éthique ? ». L’exemple le plus surprenant est lorsque nous avons fait notre sortie Paddle en Septembre. À notre grande surprise, l’équipe d’encadrement à demander si quelqu’un souhaitait faire une prière à la fin de notre activité.

Mais outre l’université, les étudiants sont très impliqués dans leur foi. Beaucoup prient avant de manger, des groupes de discussions sont à disposition de tous. Le dimanche la majorité des élèves sont sur leur 31 pour aller à la messe.

Le seul « bémol » de ce cadre est que certains peuvent parfois rejeter ceux n’ayant pas les même idées / comportements. Si vous allumez une cigarette sur le campus ne vous étonnez pas du regard désapprobateur de certains.

Autre exemple, il y a un mois un club d’étudiant qui prône la « santé » des étudiants via un discours « Pas d’alcool, pas de drogue, pas de cigarette et pas de sexe » a recouvert le sol d’inscriptions du genre « Si vous décidez de ne pas boire vous choisissez de faire partie de la communauté, de réussir vos études, d’être accepté par Dieu, d’avoir des enfants, d’avoir un travail.. ». Cette action a suscité quelques réactions. En effet, je comprends qu’un club veuille prévenir des dangers de la consommation de l’alcool chez les jeunes. Encore faut-il faire une différence entre une consommation modérée et l’alcoolisme. Ce n’est pas parce que l’on mange un hamburger que l’on est obèse.  Un discours radical n’a aucun impact sur les jeunes ou conduit à l’effet inverse. Le même club explique très simplement que pour éviter toute transmission de maladie sexuelle ou de tomber enceinte « L’abstinence est la solution ».

Il s’agit évidemment des exemples les plus surprenant, néanmoins chacun est libre de vivre (ou ne pas la vivre justement) sa religion sur le campus et outre certains aspects que j’ai décris, la plupart des gens que j’ai rencontré sont ouverts d’esprit.  Par exemple la communauté LGBT est très acceptée sur le campus  voir plus que dans une université française, un bel exemple de tolérance.

4. La vie nocturne

Lors de mon arrivée je pensais que j’allais vivre 4 mois de sevrage de soirées. Vivant sur un campus chrétien et « Dry-Campus » (Campus avec tolérance 0 pour l’alcool, interdiction de vendre, posséder et consommer sur le campus), il fallait trouver les personnes sachant où aller. C’est ainsi que notre petit groupe de filles c’est formé.  Au final, depuis mon arrivée j’ai toujours trouvé des endroits où sortir le week-end. Nous sommes environs 200 étudiants (oui,oui 200 sur 3000) à faire partie de la vie nocturne du week-end. Je parle de vie nocturne pour les moins de 21 ans n’étant pas autorisés à aller dans les bars et boite de nuit (D’ailleurs PERSONNE ne va en club). C’est ainsi que j’ai découvert les soirées américaines.

Le vendredi est plutôt une soirée posée. Les américains se retrouvent pour se détendre avant les festivités du Samedi. Le samedi les « before » commencent vers 8:30-9:00 et la soirée commence vers 10:00. Le seul moyen de savoir où se trouve la soirée est de connaître les bonnes personnes car la plupart du temps l’adresse se propage par le bouche à oreille. Une seule soirée est organisée en général le samedi, ce qui signifie que les 200 fêtards du campus se retrouvent dans la même maison (située off-campus). Je n’ose pas trop imaginé l’état de la maison le lendemain, bien que la plupart des gens sont respectueux. Chacun apporte sa conso et ne boit que ce qu’il a apporté. Le principe européen d’apporter une bouteille et de tout partager sur la table s’appelle une « Fête communiste » et ils n’aiment pas spécialement ça. Il y a toujours une table de beer-pong mais sinon la plupart des gens parlent (ou tentent de parler vu le bruit). Peu de gens dansent (Tout dépend du nombre de shots de téquila engloutis). Malheureusement, la plupart du temps vers 01:00 / 2:00,  un mouvement de panique se créer après l’alerte de  la présence des flics. C’est ainsi que se finit la soirée. Si vous êtes chanceux vous pouvez trouver un after, sinon il est temps de rentrer sur le campus sans réveiller votre étage.

Et le dimanche vous pouvez clairement deviner qui s’est levé tôt pour aller à la messe et qui tente d’absorber les dernières gouttes de vodka présentes dans son estomac.

5. This is America

La taille du verre se suffit à elle même.

This is AMERICA
This is AMERICA
La Taille du Cookie
La Taille du Cookie

L’article commence à être très long, je reviendrai peut être pour compléter la liste. Ces différences ne font qu’enrichir mon expérience. Et même si je ne partage pas les même idées que certains  des élèves du campus, vivre sur un campus comme Whitworth aide à ouvrir notre esprit et à aborder la vie étudiante sous un autre oeil.

Take care

Publicités

2 réflexions sur “ France VS USA ”

  1. ah, ma grande Léa, que j’apprécie ta prose!! ton père est si fier de toi! et il a raison. tes commentaires sont toujours pertinents, intéressants et apportent un éclairage inédit sur » le vivre aux US!! ». je me régale!! bizzz . tatie chantal

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s