Archives du mot-clé international student

SUPERBOWL 2015 (VIDÉO) at Whitworth University

Holaaa (oui je me fais une petit retour à l’espagnol).

Aujourd’hui on se retrouve pour une petite vidéo sur le Superbowl.

Le superbowl c’est un peu l’un des symbols des États-Unis. Depuis toujours j’en entends parler même en France et j’ai eu l’occasion de voir en « vrai » une journée de Superbowl. Je vous invite à regarder la vidéo pour (re)vivre quelques instants de ce match pas comme les autres.

Depuis dès mois, les équipes de Football (américain) s’affrontent quasiment toutes les semaines pour arriver à la grande finale de la NFL (National Football League). Ainsi, toutes les semaines des dizaines d’élèves avaient les yeux rivés sur l’écran géant installé dans le réfectoire. Les Seahawks, made in Seattle, sont l’équipe emblématique de notre état et ont gagné le Superbowl en 2014.

Un Seahawks

Autant vous dire que lorsqu’ils se sont, une nouvelle fois, qualifiés pour la finale il y a quelques semaines, le campus était en transe (et Facebook aussi). Le sort était fait, nous allions joué le Dimanche 1er Février face à nos ennemis de toujours : Les Patriots qui représentent la Nouvelle Angleterre.

Avant de passer à LA journée, je vais vous expliquer très rapidement en quoi consiste un match de football avec le peu de connaissances que j’ai. En gros le match dure environ 3 heures (oui c’est TRÉÉÉS long). Deux équipes s’opposent (incroyable) et alternent les phases de defense et les phases d’attaque. Le quaterback de chaque équipe à pour mission de lancer le ballon le plus loin possible pour faire avancer l’équipe vers le camps adverse.

Oh Tom Brady, mon amour, mon quaterback de toujours même si tu es du clan ennemie.

Le terrain est divisé en tranche de 10 (yards je crois) et l’équipe a  4 essais pour faire passer le ballon au delà d’une tranche. Par exemple si l’équipe est à 50 yards du camps adverse, elle doit faire passer le ballon à au moins 40 yards, le tout sans se faire intercepter. Si l’équipe adverse intercepte le ballon, alors l’équipe repart à 0. Une fois arriver dans le camps adverse, il faut réaliser un Touchdown, c’est à dire faire franchir la ligne au ballon en le gardant avec soit (vous savez quand ils se sautent tous dessus). L’équipe marque 6 points il me semble. Ensuite, il faut lancer au pied le ballon pour transformer le touchdown et gagner un point supplémentaire.

MERCI ÉLODIE POTIER POUR CETTE MAGNIFIQUE EXPLICATION

Danse de la joie

Voilà maintenant vous connaissez les bases. Mais évidemment, le Superbowl ne se résume pas à ça. Le Superbowl est un véritable show à l’américaine avec spectacle et publicités folles. D’ailleurs quasiment toutes les 5 minutes vous avez le droit à une coupure pub.

Oooh le petit chien de la pub pour Budweiser

Bref, le jour j nous avons retrouvé nos amis, ultra motivés, pour regarder le match tous ensemble. Comme vous pourrez le voir dans la vidéo, la décor était totalement au couleur de notre équipe (vert et bleu) et tous les ingrédients indispensables étaient présents (sous entendre : de la bière, des chips, des cups, une table de beer pong et j’en passe). Dans ces moments là, il est conseillé de suivre le mouvement et de simplement hurler quand tout le monde hurle, ça marche toujours. L’ambiance était au rendez vous, d’autant plus qu’il s’agissait de notre équipe. Malheureusement, après avoir dominé l’ensemble du match, nous avons perdu à quelques secondes de la fin. La deception était terrible, certains ont même versé leur petite larme. Vous noterez la deception à la fin de la vidéo.

Enfin, je fais une spéciale dedicace pour le show de Katy Perry, qui a eu lieu pendant la mi-temps. 15 minutes de concert improbable. D’ailleurs vous avez peut-être entendu parlé du fameux requin danseur qui nous aura BEAUCOUP fait rire.

Héééééé Macarena

I Love Airport (Or Not)

Premier Article de l’année 2015 *Clap-Clap-Clap*.

Alors que j’étais en train de me demander comment tuer les un peu plus de 3 heures d’escale à Minnéapolis en attendant d’arriver ENFIN à Spokane vers 23h, j’ai eu un éclair de génie (Non je mens mais voilà j’ai eu une idée). BREF.  En voyant tous ces gens autour de moi et toutes les galères et situations typiques qui arrivent à l’aéroport j’ai décidé de tout compilé.

Disclaimer : Attention mes propos ne risquent pas d’être toujours clairs, j’ai la tête dans les nuages (pour dire ça de manière poétique,)  je viens d’enchainer déjà 13 heures de vol dont le dernier qui a duré 8h30, autant dire que je suis AU TOP.

1/ POURQUOI LES GENS ASSIS CÔTÉS HUBLOT LE FERME LA JOURNÉE ?!

Non mais c’est vrai, tu as la chance d’avoir une super vue la plupart du temps et en plus tu as un morceau de mur pour poser ta délicate tête, alors pourquoi faut-il que tu descendes le petit rideau, surtout quand c’est un vol de 2 heures en pleine journée où personne ne dort.  Alors la prochaine fois DONNE MOI TON HUBLOT.

Peut-être ont-ils peur ?

2/ MAIS POURQUOI LES GENS SE LÉVENT TOUS AVANT L’OUVERTURE DES PORTES

Non pas que ça me dérange hein car au final vous voir tous attendre à moitié debout, car le plafond est trop bas, en soufflant car ça ne va pas assez vite, ça me fait un petit spectacle. Ou alors je continue de dormir pendant ce temps.

3/ POURQUOI IL Y A UN NOMBRE DE BEAUX GOSSES PLUS ÉLEVÈ À L’AÉROPORT D’AMSTERDAM ?

Non mais sérieusement, ok c’est l’un des plus gros européens mais que ce soit les stewarts, les agents de sécurité ou les autres, c’est le défilé à chaque fois. Puis tu arrives à Marseille et tu as Marcel qui t’engueule car tu ne vas pas assez vite pour poser tes affaires (y)

Hey Youu

4/ En parlant de beau gosse, POURQUOI N’EST-IL JAMAIS ASSIS À COTÉ DE TOI ? 

Voilà en parlant de plaisir des yeux, ne fais pas l’innocent(e), il arrive grand, beau, bronzé car LUI il revient du soleil. Il porte un jogging informe mais cela n’entache en rien sa classe naturelle. Tu le vois, il te voit, il s’apporche, ton coeur bas, tu souris, il sourit et puis patatatra en fait il est assis derrière toi, tu peux donc dire adieu à ton fantasme et essayer de sauver le peu de dignité restant en te cachant sous ton siége.

5/ ET POURQUOI AU LIEU DE LUI TU TE RETROUVES AVEC QUELQU’UN D’IMPROBABLE ? 

La mère avec son gosses qui pleure, toi au milieu de deux géants, le mec qui est tellement stressé qu’il enchaine les tics, celui qui te ronfle dans les oreilles au bout de 10 minutes, celui qui te fait te lever toutes les dix minutes car il veut aller se promener / aux toilettes / draguer l’hôtesse.

Genre ÇA

6/ POURQUOI LES SIEGES SONT-ILS PETITS ? 

Non parce que pour 3 heures max je comprends mais quand on t’entasse pendant 10 heures et que tu vois devant toi la classe business qui prend des selfies dans son lit tu as des envies de meurtre. Suis je la seule à qui cela rappelle Titanic et la lutte des classes ? (oui je suis fatiguée je vous avez prévenu).

Au passage il y avait assez de place pour deux S*****

7/ Pourquoi les gens disent « aRÉoport » au lieu de « aéroport » ?

Non mais là même pas besoin de commenter c’est irrécupérable.

8/ POURQUOI MANGE-T-ON TOUT LE TEMPS DANS L’AVION ? 

Oui car même si la nourriture n’est pas terrible terrible je dois dire que le moment où l’hôtesse apporte mon snack / repas / gouter / petit dej ou autre tralala, c’est un peu le moment de bonheur de mon trajet (Bon ok là je passe pour une affamée).

*AUGUSTUS GLOOP AUGUSTUS GLOOP*

9/ À QUOI SERVENT LES SERVIETTES HUMIDES  ?

C’est toujours ce moment gênant où l’hôtesse arrive et te la tend. Au bout de 3 secondes le truc devient froid et tu as cette sensation infâme dans tes mains de froid humide. WHY ?!

10/ Pourquoi que tu fasses un voyage de 2 jours ou de 1 an ton poids maximum pour ta valise restera 23kg ?

Non c’est pas que c’est embêtant mais vas dire à une fille qui part 3 mois quelque part de ne prendre que le strict nécessaire. IMPOSSIBLE.

Quand je pèse ma valise

Et voilà mon Top 10 des questions est terminé, si vous en avez d’autres n’hésitez pas !

On a jamais assez de Lolcats dans ce monde

FALL SEMESTER IS OVER

FINALS ARE OVER !!!!!! Et voilà, ce premier semestre touche à sa fin (ou a déjà touché à sa fin en fonction de quand je publierai cet article). Quasiment 3 mois 1/2 sur le sol américain. 110 jours à découvrir un autre continent, un nouveau pays et une nouvelle culture. Le temps est passé à la vitesse de la lumière et c’est avec un sentiment doux-amer (car je quitte ma petite bulle) que je m’apprête à m’envoler vers la France pour 3 semaines de retrouvailles avec ma famille, mes amis, mes chats et ma voiture.

MA VOITUUUUURE

J’ai eu l’opportunité ces derniers mois de rencontrer un nombre incroyable de personne. Je n’aurai jamais imaginé un accueil aussi chaleureux de la part des américains. J’ai aussi rencontré des personnalités fortes venues de pays différents et ma « International Team » mes partenaires de crime. Whitworth m’a permis d’étudier le commerce et de découvrir d’autres matières comme le journalisme sous un autre angle. J’ai eu  des professeurs fantastiques, toujours prés à m’aider et à me faire progresser. Une attention toute particulière pour mon professeur de journalisme qui a été à mes côtes tout au long du semestre et qui a contribué fortement à l’amélioration de mon niveau. 3 mois de vie sur un autre continent peuvent changer beaucoup. L’Espagne m’avait déjà permis de murir et d’apprendre à vivre totalement par moi même (Dédicace à Lisa qui m’avait appris à faire fonctionner un sèche-linge !) mais ici j’ai d’autant plus pris conscience de mon futur. Même si j’ai toujours eu plus ou moins une idée claire de ce que je voulais, les rencontres que j’ai faites ici et lors de mes séjours à Seattle et Portland ont confirmé mes souhaits. L’envie de voyager et de découvrir le monde qui m’entoure s’est encore plus développée et je veux continuer à profiter des opportunités qui me permettront de réaliser ce rêve. Au contact des valeurs de Whitworth, je me suis remise en question. Alors certes j’aime toujours autant faire la fête et des bêtises mais je souhaite trouver un sens plus profond à ce que j’entreprends. J’ai aussi appris à vivre en communauté et à partager une chambre avec ma colocataire ce qui n’était pas gagné après avoir vécu 2 ans seule à Aix. Au total cette année, j’ai vécu 7 mois à l’étranger dans 2 pays différents et des cultures différentes. Même si plusieurs mois sont passés depuis mon retour d’Espagne je continue à avoir des moments où ma vie à Alicante me manque. Je me suis d’ailleur surprise au début d’avoir le mal du pays mais pour l’Espagne et non la France. Tout ça pour dire que la vie d’expatrié m’attire vraiment. Mes parents vous diront que depuis toute petite j’ai toujours dis que je voulais vivre à l’étranger (Big Up pour la Suisse et l’Australie) et je suppose qu’en grandissant mon désir n’a fait qu’augmenter. Je suis malgré tout heureuse de rentrer en France pour retrouver mon entourage pour les fêtes. Néanmoins avant cela il faudra dire aurevoir à certains étudiants internationaux qui n’étaient là que pour 1 semestre. À mon retour à Whitworth, j’entamerai la session de Janvier qui sera consacrée à mes cours de snowboard (Oui oui 1 mois de cours de Snow 2 fois / semaine et c’est tout !!). Les cours normaux reprendront début Février.

Coucou c’est moi OU PAS

Voilà c’était mon petit bilan de ce premier semestre et de cette belle année 2014 au passage. Whitworth je te quitte mais je te dis à très vite pour découvrir les nouvelles aventures que tu as à me proposer.

Et ça c’est cadeau, c’est gratuit, ne me remerciez pas. Pourquoi serais-je la seule à me taper des chants de Noël toute la sainte journée ?!

PORTLAND

Salut,

À moins de deux semaines avant mon retour (Oui je sais c’est fou, j’ai bien du mal à y croire) pour les vacances de Noël, je suis en train de bosser pour mes finals. Bref, avant que cette semaine intense ne début je suis partie comme prévue 5 jours à Portland pendant Thanksgiving. L’occasion pour moi de refaire un petit guide à la mode Seattle (à voir ici) en attendant les vidéos (Je m’en occuperai quand le temps me le permettra).

Bon alors je commence avec le point géographie, Portland c’est ICI

Et puis Portland c’est aussi magnifique !

Donc nous sommes partis Mercredi 26 jusqu’à Dimanche, en voiture grace à nos gentils amis américains. On a donc traversé la frontière entre l’État de Washington et l’Oregon tout en nous décalant pas mal vers l’Ouest. 5:30 de voiture trajet plus tard nous étions arrivés.

Une nouvelle fois nous avions choisi de vivre en Auberge de Jeunesse. Nous sommes donc restées à H.I Portland. cette auberge était vraiment super jolie, les chambres spacieuses. Nous étions dans un dortoir de 8 mais la chambre était divisée en 3 parties ce qui permettait d’avoir son espace à soi et la salle de bain était à l’INTERIEURE.  On a fait des rencontres super sympas, pas mal de personnes qui voyagent sur toute la cote ouest, ça fait rêver.

Au niveau des visites, Portland a peut-être moins de lieux touristiques que Seattle, mais la ville reste très jolie. Nous avions besoin d’un vrai break et de pouvoir dormir jusqu’à 10 sans culpabiliser donc la ville était bien adaptée.

Petite liste de chose à voir / faire

– Le Waterfront qui est très joli surtout la nuit.

– Washington Park avec ses jardins de roses ou japonais et son zoo. Un parc immense avec une diversité d’arbres hallucinante. Un vrai moment de détente pour prendre un break de la vie citadine.

– Voodoo Doughnut « THE MAGIC IS IN THE HOLE ». Comment dire… Si vous êtes au régime cela sera une torture mais c’est le paradis des gourmands. La queue ne s’arrête jamais du matin au soir des milliers de clients se suivent pour accéder à ces délicieux Doughnut  de toutes les couleurs. BIG UP au Doughnut à l’Oreo. Équipe en mode hispter, musique pop-rock, couleurs flashy et noms de Doughnut pour le moins originaux « Triple chocolate penetration » « Cock-and-balls » ou « Old Dirty Bastard ». Je vous évite la traduction française mais le tout est typique de Portland.  Je vous laisse jeter un coup d’oeil au site pour le régal des yeux.

Coucou c’est moi

– Hawthorne District

Un petit quartier de l’autre coté du pont aux allures vintage. J’ai adoré et cela m’a pas mal rappelé Camden Town qui est mon endroit préféré à Londres.

Voilà pour Portland, sur ce je pars me coucher. Je ne vois plus la fin de cette semaine appelée la « Dead week » par les étudiants qui est la semaine avant les finals, soit la semaine où 90% du campus vit dans la BU !

À bientôt, je vous laisse avec la première vidéo !

NOVEMBER / STUDENT LIFE (VIDEO)

Une petite vidéo avant que je parte en vacances (ENFIN).

Moments de vie du mois de Novembre, avec une GRANDE part de Basket.

Mais bon j’ai des excuses, on est pote avec certains joueurs et l’équipe est pas mal réputée sur la cote Ouest.

Puis le basket c’est super prenant !

oui voilà ma vie c’est un peu les Fréres Scott en ce moment

Bonne journée !

HALLOWEEK-END

Novembre a déjà bien commence (WTF le temps passe à la vitesse de la lumière ! ) et Thanksgiving approche à grands pas (Ce qui veut dire BLACK FRIDAY).

Le week-end dernier j’ai eu l’occasion d’expérimenter Halloween version US. Et comme d’habitude les américains ne font rien à moitié. Vous vous souvenez de ce temps où nos âmes innocentes se déguisaient en sorcières, vampires ou fantômes (Oui oui les feignasses c’était vous qui au dernier moment enfiliez votre drap blanc sur la tête ni vu ni connu). Nous bravions le froid avec nos parents, plus ou moins joyeux à l’idée d’accompagner leurs gosses et une demi douzaine de leurs amis dans l’espoir de revenir les bras chargés de bonbons (et de faire la fortune des dentistes les prochains mois).

Courage, ça finit par s’arranger

D’ailleurs n’essayez pas de dire à votre enfant que vous avez mangé ses bonbons, il pourrait le prendre TRÈS mal.

En ce temps là (oui je parle comme si j’avais 80 ans, aujourd’hui je suis Mamie Léa), les magasins étaient pleins de déguisements, assortiments de bonbons, décorations pour vous faire passer une jolie nuit d’épouvante. Mais ça c’était avant ! D’aussi loin que je me souvienne, je pense avoir arrêté de fêter Halloween aux alentours de mes 9 ou 10 ans. Et depuis, les magasins sortent les décorations de Noël avant même que les premières feuilles jaunissent et les soirs d’halloween rares sont les enfants osant taper aux portes. Les parents sont au chaud sur leur canapé et les gosses mangent les bonbons qu’ils sont allés acheter le jour même pour faire « Comme si ». Et pour ceux qui, comme moi, il y a une dizaine d’année arpentaient les rues, ne les cherchez pas ils seront sûrement en boite de nuit. La soirée aura sûrement eu pour thème Halloween mais 90% d’entre eux auront au final opté pour le duo « Moustache / Oreilles de chat » pour faire « Genre » (C’est vrai qu’un chat c’est terrifiant) et puis bon parce que Halloween c’est « Ringard ».

BOUH

Maintenant, je vous emmène aux USA, là où Halloween est attendu depuis fin Septembre par une orde d’étudiants impatients, dégustant leur Café aromatisé à la citrouille (Je vous ai déjà dit à quel point ils sont OBSÉDÉS par la citrouille ?!).

Depuis plusieurs semaines, le week-end est consacré à la récolte de la fameuse citrouille, à la recherche du costume et aux bonbons. Le jour J, plusieurs élèves étaient en cours déguisés. Au passage, ici Halloween n’est pas seulement focalisé sur l’épouvante. C’est plus un carnaval. Pendant la journée, j’ai pu partagé ma classe avec « Où est Charlie ? », Mario ou un skieur. Mon profs de Marketing s’est carrément ramené en Pirate NORMAL. La journée de Vendredi touchant à sa fin, les étudiants se sont rués dans leur chambre pour se préparer. 2h30 de préparation plus tard j’étais un mélange de Zombie / Squelette en robe. La soirée organisée ce jour là était géniale, tout le monde avait joué le jeu. .

Bon par contre le coup des Américaines qui se mettent à poil pour Halloween c’est plutôt vrai.

HELLOOOOOOW

C’est d’ailleurs assez drôle de les voir en saintes la journée et devenir de véritable shagasses lors de cette soirée. Les plus sages du campus sont quant à eux aller faire la tournée des bonbons (ET OUI). Mais ce que je ne savais pas c’est qu’ici on ne fait pas Halloween que le 31, NON NON, bienvenue à la Halloweek-end. Autrement dit, le 1er novembre il a fallu trouver un nouveau déguisement pour la nouvelle soirée et là… OUI je sais j’ai écrit quelques lignes blâmant les Chats d’Halloween, mais OUI je l’avoue, je plaide coupable. j’ai fait la flemmarde et je me suis dessinée des moustaches trop grr. Mais bon, je pouvais aussi dire que j’étais déguisée en Shagasse Américaine qui se déguise pour Halloween ;).

Bref, c’était carrément cool de replonger un peu dans cette atmosphère d’Halloween que l’on a perdu en France, cela a rythmé tout le mois d’Octobre et les deux soirées étaient bien mieux que ce que l’on peut vivre maintenant en Hexagone.

À bientôt,

Léa

FALL BREAK #1 : From Whitworth University to Seattle

On se retrouve pour la 1ère vidéo de mon Fall Break à Seattle.

3 autres arriveront durant les 2 semaines à venir (le mercredi et le samedi). J’écrirai un article sur Seattle quand le temps me le permettra.

Nous avons eu 8 heures de retard à l’allée donc cette vidéo est  traite à 85% de notre désespoir dans le train. Promis les suivantes sont plus animées et intéressantes.

À bientôt

France VS USA

Ah les stéréotypes !

J’ai été confrontée à certains d’entre eux lorsque mes élèves en cours de français ont décidé de dresser le portrait du français « type » : Barbe, béret, Pain, Pastis, Pétanque, Séducteur, et j’en passe.

Après 2 mois sur place, je peux mieux comprendre les différences France / USA et je me suis aperçue que les dimensions américaines ne sont pas notre seul point de différentiation.

  1. La Ville

Après deux ans à Aix où la voiture est une option et où il est possible d’aller d’un point à un autre à pied, il est impossible de faire la même chose ici. Les villes sont très éparpillées et la plupart du temps les zones commerciales sont de grands parkings avec de grandes enseignes. En allant « downtown » les boutiques sont réunies dans des mall. Le tout est bien différent de nos villes françaises (en prenant Spokane en exemple).

2. Les Filles / Garçons

Contrairement à la France, ici les garçons semblent plus matures que les filles. D’un point de vue physique la plupart d’entre eux sont (très) grands alors que les filles font pour  certaines plus jeunes. Sur le plan mental, les filles sont très  extraverties et girly.  Il est courant de les voir  crier et  courire dans tous les sens. J’ai parfois l’impression d’être accompagnatrice pour une colonie de vacances de collège mais je suppose que l’excitation d’être à l’université y joue aussi.

3. La Religion

Comme je l’ai déjà dit, Whitworth est un campus chrétien. Pour avoir fait une partie de ma scolarité dans des établissements privé, je connais le rapport « classique » religion / étudiant français qui est TRÈS différent de celui que je trouve ici.

La religion est très présente même au sein des cours. Par exemple en espagnol on me demande d’intégrer ma « foi » lors de mes réflexions sur des textes, et les professeurs de marketing doivent nous faire réfléchir sur « Peut-on être chrétien et faire du marketing ? Le marketing est-il éthique ? ». L’exemple le plus surprenant est lorsque nous avons fait notre sortie Paddle en Septembre. À notre grande surprise, l’équipe d’encadrement à demander si quelqu’un souhaitait faire une prière à la fin de notre activité.

Mais outre l’université, les étudiants sont très impliqués dans leur foi. Beaucoup prient avant de manger, des groupes de discussions sont à disposition de tous. Le dimanche la majorité des élèves sont sur leur 31 pour aller à la messe.

Le seul « bémol » de ce cadre est que certains peuvent parfois rejeter ceux n’ayant pas les même idées / comportements. Si vous allumez une cigarette sur le campus ne vous étonnez pas du regard désapprobateur de certains.

Autre exemple, il y a un mois un club d’étudiant qui prône la « santé » des étudiants via un discours « Pas d’alcool, pas de drogue, pas de cigarette et pas de sexe » a recouvert le sol d’inscriptions du genre « Si vous décidez de ne pas boire vous choisissez de faire partie de la communauté, de réussir vos études, d’être accepté par Dieu, d’avoir des enfants, d’avoir un travail.. ». Cette action a suscité quelques réactions. En effet, je comprends qu’un club veuille prévenir des dangers de la consommation de l’alcool chez les jeunes. Encore faut-il faire une différence entre une consommation modérée et l’alcoolisme. Ce n’est pas parce que l’on mange un hamburger que l’on est obèse.  Un discours radical n’a aucun impact sur les jeunes ou conduit à l’effet inverse. Le même club explique très simplement que pour éviter toute transmission de maladie sexuelle ou de tomber enceinte « L’abstinence est la solution ».

Il s’agit évidemment des exemples les plus surprenant, néanmoins chacun est libre de vivre (ou ne pas la vivre justement) sa religion sur le campus et outre certains aspects que j’ai décris, la plupart des gens que j’ai rencontré sont ouverts d’esprit.  Par exemple la communauté LGBT est très acceptée sur le campus  voir plus que dans une université française, un bel exemple de tolérance.

4. La vie nocturne

Lors de mon arrivée je pensais que j’allais vivre 4 mois de sevrage de soirées. Vivant sur un campus chrétien et « Dry-Campus » (Campus avec tolérance 0 pour l’alcool, interdiction de vendre, posséder et consommer sur le campus), il fallait trouver les personnes sachant où aller. C’est ainsi que notre petit groupe de filles c’est formé.  Au final, depuis mon arrivée j’ai toujours trouvé des endroits où sortir le week-end. Nous sommes environs 200 étudiants (oui,oui 200 sur 3000) à faire partie de la vie nocturne du week-end. Je parle de vie nocturne pour les moins de 21 ans n’étant pas autorisés à aller dans les bars et boite de nuit (D’ailleurs PERSONNE ne va en club). C’est ainsi que j’ai découvert les soirées américaines.

Le vendredi est plutôt une soirée posée. Les américains se retrouvent pour se détendre avant les festivités du Samedi. Le samedi les « before » commencent vers 8:30-9:00 et la soirée commence vers 10:00. Le seul moyen de savoir où se trouve la soirée est de connaître les bonnes personnes car la plupart du temps l’adresse se propage par le bouche à oreille. Une seule soirée est organisée en général le samedi, ce qui signifie que les 200 fêtards du campus se retrouvent dans la même maison (située off-campus). Je n’ose pas trop imaginé l’état de la maison le lendemain, bien que la plupart des gens sont respectueux. Chacun apporte sa conso et ne boit que ce qu’il a apporté. Le principe européen d’apporter une bouteille et de tout partager sur la table s’appelle une « Fête communiste » et ils n’aiment pas spécialement ça. Il y a toujours une table de beer-pong mais sinon la plupart des gens parlent (ou tentent de parler vu le bruit). Peu de gens dansent (Tout dépend du nombre de shots de téquila engloutis). Malheureusement, la plupart du temps vers 01:00 / 2:00,  un mouvement de panique se créer après l’alerte de  la présence des flics. C’est ainsi que se finit la soirée. Si vous êtes chanceux vous pouvez trouver un after, sinon il est temps de rentrer sur le campus sans réveiller votre étage.

Et le dimanche vous pouvez clairement deviner qui s’est levé tôt pour aller à la messe et qui tente d’absorber les dernières gouttes de vodka présentes dans son estomac.

5. This is America

La taille du verre se suffit à elle même.

This is AMERICA
This is AMERICA
La Taille du Cookie
La Taille du Cookie

L’article commence à être très long, je reviendrai peut être pour compléter la liste. Ces différences ne font qu’enrichir mon expérience. Et même si je ne partage pas les même idées que certains  des élèves du campus, vivre sur un campus comme Whitworth aide à ouvrir notre esprit et à aborder la vie étudiante sous un autre oeil.

Take care

WHITWORTH UNIVERSITY : WEEK 2 (VIDEO)

Chose promise, chose due, je vous ai monté une petite vidéo de cette dernière semaine. Les événements s’enchainent un peu dans tous les sens mais j’ai essayé de faire d emon mieux n’ayant pas trop filmé ces derniers jours; promis je me rattrape pour la prochaine !

Time goes so fast

Hello,

« Time goes so fast », voici la phrase que nous avons tous à la bouche ces derniers jours.

En ce Dimanche 14 Septembre, je suis à l’aube de ma 3ème semaine à Whitworth University. Les journées d’intégration semblent désormais lointaines et notre vie sur le campus s’est entièrement établie. Il m’arrive parfois d’oublier que je vis une expérience inoubliable étant donné que j’ai désormais intégré le fait que je suis une étudiante de Whitworth.

Les jours défilent et me rapprochent (n’exagérons rien il reste encore 3 mois 1/2 tout de même) de mon retour en France. Plusieurs opportunités s’offrent à moi et il va falloir que je choisisse dans les jours à venir :

– Rester en France du 13 Décembre au 2 Février. Cette solution me ferai rester quasiment un mois et demi en France. Certes je pourrai profiter de revoir tout le monde mais très vite début Janvier chacun repartira pour ses études et je devrai attendre encore un mois avant de revenir. D’autant plus, qu’en vivant dans ma bulle ici, je n’ai pas forcément envie d’une coupure aussi longue qui sous entendant une nouvelle période de transition « français-anglais » à mon retour. Sachant que mon année s’achèvera définitivement en Mai, je souhaite profiter au maximum des USA

– Faire une session de Janvier. Le campus ferme du 13 Décembre au 2 Janvier mais ré-ouvre aux alentours du 4 pour les étudiants faisant cette session. La session de Janvier consiste à choisir une classe et la pratiquer en intensif pendant 3 semaines à raison de 3 heures par jours. Vous allez peut-être vous demander quelle mouche m’a piqué pour vouloir cette dose de travail supplémentaire mais voici les opportunités.  Parmi les choix de classe se trouve le ski et le snowboard. En payant une centaine de dollars je pourrai profiter des montagnes pendant 3 semaines et gagner des crédits d’études (ce qui me permet d’avoir une classe en moins sur le semestre de printemps). Néanmoins, je ne sais pas si je ne serai pas en overdose de neige d’ici là (ce qui m’étonnerai) ou plus plausible je souhaiterai découvrir d’autres parties des USA.

– Ce qui m’amène à ma dernière option. Rentrer en France le 13 Décembre et repartir à la Mi-Janvier. Il me resterait ainsi une dizaine de jours avant la rentrée de Février. Dans ce cas là, avec d’autres étudiants, nous partirions vers une destination au soleil telle que San Diego (CA) située à 6 heures d’avion de Spokane. Une semaine en Californie pour 400€ peut être une option plus qu’intéressante. Le seul problème reste de savoir combien de personne souhaitent partir et de peser le pour et le contre avec la période de Janvier.

Hormis ces interrogations, la vie sur le campus suit son cours. J’ai eu l’opportunité de faire une sortie en paddle sur la rivière située à 10 minutes du campus. Au programme 4 heures de randonnée sur l’eau en découvrant les magnifiques paysages de la ville, en compagnie des canards et des faons et de sacrés fous rires face aux chutes de certaines et les crashs dans les arbres. Je n’ai malheureusement pas pu immortaliser ces paysages car environment aquatique et téléphone portable font rarement bon ménage. En vivant 24h /24h sur le campus, j’apprécie ces moments qui nous permettent de voir autre chose et de nous vider la tête, tout comme le simple fait d’alpe au restaurant entre amis pour fêter le début du week-end.  Le soir le campus avait organisé la projection du film « Maléficient » à la belle étoile. À nous les couettes, duvets, écharpes, bonnets pour survivre dans la nuit.

Les week-end à Whitworth sont agréables. Le campus prend un rythme plus calme, il y a moins d’étudiants. L’absence de cours nous permet de profiter des beaux jours et des rayons du soleil. Ainsi le dimanche, les étudiants prennent une tasse de thé au Mind & Heart café et s’installent dans l’herbe en compagnie des écureuils pour bosses. Rien de mieux pour se plonger dans les lectures de chapitres et les rédactions pendant plusieurs heures. Les étudiants partent prendre leur repas (à 17 heures évidemment) et histoire de se vider la tête avant la reprise nous avons l’habitude d’aller fair un tour à la salle de sport du campus.

See you soon !